Des chabots qui dépistent les dépressions

Home/Tenadances/Des chabots qui dépistent les dépressions

Des chabots qui dépistent les dépressions

Un chabot ou agent conversationnel est présent partout et continue d’influencer le futur. Ce petit programme informatique doté d’intelligence artificielle est capable de  converser comme un humain avec des humains. Son algorithme lui permet de comprendre le langage humain et de former des phrases humaines.

Le mobile est devenu un outil indispensable dans notre quotidien. Il est un véritable allié dans les thèmes avec la santé. Il existe sur la toile de nombreuses applications téléchargeables qui nous aident à contrôler notre poids, à surveiller notre tension artérielle, à compter le nombre de pas que nous avons effectué durant la journée, etc. Les chabots rejoignent le lot. Ils sont également disponibles sur Smartphone. Ils sont plus qu’une application. Ils peuvent servir de portail d’informations et répondent aux questions des utilisateurs sur leurs maladies. Pour l’instant, l’intervention des chabots dans le secteur sanitaire est encore limitée. Ils manquent encore d’empathie envers les patients.

Un humain virtuel pour le dépistage des troubles dépressifs

Conscients de l’importance de la communication faciale et de l’empathie dans le processus de guérison d’un patient, des chercheurs ont commencé à développer des chabots capables de réaliser un entretien clinique avec des interactions empathiques.  Il s’agit du premier chatbot animé capable de déterminer les troubles dépressifs chez un patient. Cet humain virtuel a été crée à l’aide de l’informatique affective et émotionnelle pour améliorer les échanges entre les humains et la machine. Le but n’étant pas de remplacer le professionnel, mais de l’aider dans certaines tâches plus répétitives.

Grâce à l’intervention de l’Humain virtuel, il est possible de savoir si un patient représente déjà des symptômes avant-coureurs de la dépression nerveuse. Cela permettra d’avancer les traitements.

Cette technologie a reçu la validation de l’Université de Bordeaux/CNRS.  Pour la compléter, les chercheurs envisagent de développer des agents conversationnels animés capable de déceler les problèmes d’alcool et de tabac chez les patients.

2018-01-15T10:59:34+00:00 janvier 18th, 2018|Tenadances|0 Comments

Leave A Comment